fbpx

DÉCOUVREZ TINYBIRD

Suivez notre aventure fruitée

27 septembre 2018

LA NAISSANCE DE TINYBIRD

 Par TinyBird

À l’heure macroniste, qui ne rêve pas se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ? D’après notre cher et tendre M. Macron, la terre promise des start-ups tech et innovantes n’est plus la silicon valley mais bien la Gaule, la Gueuse, la France !

Grande nouvelle : TinyBird est OFFICIELLEMENT né ! Au regard de notre périple administratif, voici un petit livret des choses que nous avons apprises, qu’il faut faire (et ne pas faire !) lorsque vous engagez les démarches de création d’entreprise. Vous allez voir, il est loin d’être simple de mettre au monde son petit bébé ! 😊

LA GESTATION

On nous l’a beaucoup dit et on vous le dit aussi, il ne faut pas se précipiter pour créer son entreprise. Tant que ce n’est pas nécessaire, repoussez la création. Elle a en elle-même un coût et une fois créée, les frais de fonctionnement (banque, assurance, cotisations sociales, comptable) ! Pas d’inquiétude, vous aurez de quoi faire avant de vous occuper des cerfa. Pendant cette période de gestation, vous devez définir votre proposition commerciale, votre marché, cible, plan d’action marketing et commercial… Le temps passe vite quand on s’amuse et vous verrez que 6 mois déjà se sont écoulés !

TOUT(E) SEUL(LE) OU A PLUSIEURS, CE N’EST PAS LA MÊME LA GESTATION

Pour les parents célibataires, il y plus de boulot pour s’occuper du bébé mais il y aussi une seule version de l’histoire à gérer. Pour votre entreprise, c’est « presque » pareil.

Une fois la forme juridique de votre entreprise défini (SA, SAS, SARL et autres acronymes qui se ressemblent tous – on vous conseille d’ailleurs le site agence france entrepreneur https://www.afecreation.fr/ pour choisir de façon avisé votre statut), le montant de votre capital (fonds pour démarrer votre activité), deux cas se présentent : vous êtes seul, ou non.

Si vous êtes seul(le), vous pouvez vous permettre de prendre un modèle de statuts, et vous n’aurez pas besoin de rédiger un pacte d’associés. C’est la petite notice de secours juridique qui assure la gouvernance de votre entreprise en cas de conflit (départ, vente ou encore… accident d’un associé !). A vous la joie d’économiser du temps (et de l’argent) pour retourner plus vite au vrai travail, celui de créer de la valeur, car vous serez seul(e) sur tous les fronts.

Si vous êtes plusieurs associés, vous pouvez vous répartir le travail et avancer plus vite, mais surtout imaginer les cas les plus saugrenus possibles dans votre contrat de mariage… pardon d’associés.

SE FAIRE ACCOMPAGNER

Si vous êtes plusieurs, faites-vous accompagner. La rédaction du pacte d’associés est un charabia juridique qui vous donnera des migraines. Le choix de votre avocat est très important, vous devez pouvoir discuter ouvertement avec lui. Cependant, ne pensez pas qu’il sera là pour faire le boulot à votre place ! Votre avocat, c’est comme un grand frère, il vous donne des conseils mais au bout du compte se sera toujours à vous de décider pour votre enfant.

LE COÛT (DANS CE PARAGRAPHE, JE PERDS MON HUMOUR DÉSOLÉE)

Ne nous voilons pas la face, la création de son entreprise à un coût conséquent. Pour vous donner une idée, voila les ordres de grandeur : 

    • Dépôt de capital : de 1€ à 1 000 000€ (selon le statut de votre entreprise et votre richesse personnelle !)
    • Frais d’avocat : environ 2000€ pour la rédaction des statuts et du pacte d’associés
    • Frais de greffe : 400€ (si vous le faites vous-même : les formalistes peuvent réclamer jusqu’à 1500€)

AVEC DU TEMPS ET DE LA PATIENCE ON VIENT A BOUT DE TOUT

Savoir par où commencer n’est pas chose facile.

Mon conseil, prenez des rendez-vous dans 4 ou 5 banques pour voir ce qu’elles proposent sur l’ouverture d’un compte professionnel. Ensuite dirigez-vous vers un cabinet d’avocat. 

Une fois la banque et l’avocat choisis, les statuts et le pacte rédigés, validés, vos multiples rendez-vous banque / avocats bloqués, vos questions posés au greffe ou à la chambre de commerce, vous allez assister à une petite danse administrative des plus amusantes (ou agaçante, désolée ma langue a fourché).

  • Round 1 : donner un « projet des statuts » rédigé par votre avocat à votre banque. 
  • Round 2 : faire le dépôt de capital. Votre banquière vous remettra alors un document qui prouve le dépôt de capital.
  • Round 3 : transmettre ce document à votre avocat qui pourra alors finaliser les statuts et vous les faire signer.
  • Round 4 : rassembler une montagne de documents (cerfa M0, cerfa M0′, cerfa jecertifieêtreleparent, pacte d’associés, déclaration de non-condamnation et autres plaisirs) et les donner au greffe.
  • Round 5 : choisir un journal le plus obscur possible pour son prix afin de déposer une demande d’annonce légale (à 5 euros la ligne, vous les sentirez passer !)
  • Round 6 (optionnel) : vous avez oublié/mal compris/ mal rempli un document et vous faite un (ou plusieurs) aller retour express avant de pouvoir déposer votre dossier complet.

En bref, entre la première rencontre avec votre avocat et le dépôt de votre dossier, vous pouvez facilement compter 6 semaines. Avec du temps et de la patience, on vient à bout de tout.

QUELQUES VICTOIRES ALONG THE WAY

Heureusement, il y a quelques beaux moments lors de la création de son entreprise. La parution dans un journal (obligatoire) fait office de faire-part, le dépôt de capital concrétise un rêve et évidemment, lorsque la société est officiellement créée, la naissance de votre bébé reste un moment inoubliable ! Maintenant, il ne reste (plus) qu’à faire grandir bébé !

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Catégories : Actus, News

Partager l'article :

EMAIL :

INFO@TINYBIRD.FR

TinyBIRD

2 PLACE DE L'ÉGLISE

77000 LA ROCHETTE

ADRESSE :

©TINYBIRD  All Rights Reserved. 2018

DÉCOUVREZ TINYBIRD